ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Codipront®:Pfizer AG
Information professionnelle complèteDDDimprimé 
Forme gal./Grpe.th.Composit.PropriétésPharm.cinét.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.PrécautionsEffets indésir.
Interact.SurdosageRemarquesNum. SwissmedicMise à jour 

Capsules et sirop

Antitussif 

Composition

Substances actives: Codeinum, Phenyltoloxaminum.

1 capsule contient:

Substances actives: Codeinum 30 mg (ut C. resinatum), Phenyltoloxaminum 10 mg (ut P. resinatum).

Adjuvants: color, E 127, excipiens.

5 ml de sirop contiennent:

Substances actives: Codeinum 11,0 mg (ut C. resinatum), Phenyltoloxaminum 3,6 mg (ut P. resinatum).

Adjuvants: Saccharinum, aromat., color.: E 127, conserv.: E 216 et E 218, excipiens ad suspensionem.

15 ml de sirop contiennent:

Substances actives: Codeinum 33,0 mg (ut C. resinatum), Phenyltoloxaminum 10,8 mg (ut P. resinatum).

Adjuvants: Saccharinum, aromat., color.: E 127, conserv.: E 216 et E 218, excipiens.

Le sirop Codipront convient aussi aux diabétiques.
5 ml (15 ml) contiennent 1,3 g (4,0 g) d'équivalents glucidiques (sorbitol) soit 0,052 (0,16) équiv. far.

Propriétés/Effets

La dose de codéine contenue dans Codipront réprime le réflexe tussigène grâce à son action centrale directe touchant vraisemblablement le bulbe rachidien.
La phényltoloxamine est un antihistaminique qui expulse par compétition l'histamine des récepteurs histaminiques H1, empêchant donc l'action de l'histamine sur les cellules. Ainsi, ce composant exerce un effet salutaire sur les processus allergiques et inflammatoires au niveau des voies respiratoires.
Les substances actives des capsules et du sirop Codipront sont liées à une résine échangeuse d'ions; cette forme galénique particulière assure un effet de longue durée, si bien qu'il suffit de prendre Codipront matin et soir, à 12 heures d'intervalle environ.

Pharmacocinétique

Résorption
Les substances actives de Codipront, liées à un échangeur d'ions, sont continuellement libérées dès l'administration orale du médicament. La biodisponibilité de la codéine après absorption de Codipront est de 96,7%. Le traitement devient effectif après 20-30 minutes, lorsque l'on atteint des concentrations sériques de codéine d'environ 10 ng/ml. Le pic d'absorption maximale, qui est de 32 ng/ml, est obtenu entre la 2 e  et la 3 e  heure; on peut encore déceler des concentrations sériques efficaces 8-12 heures après l'administration.

Métabolisme/Elimination
La codéine est éliminée principalement par les voies urinaires, sous forme conjuguée et en tant que norcodéine; environ 10% de la dose absorbée sont déméthylés en morphine.

Indications/Possibilités d'emploi

Codipront est indiqué pour traiter la toux irritative non productive.

Posologie/Mode d'emploi

Capsules: pour les adultes et les adolescents de plus de 12 ans, avaler sans la croquer une capsule matin et soir, avec un peu de liquide.

Sirop: enfants de 1-3 ans, ½ mesurette, de 3-6 ans, 1 mesurette, de 6-12 ans, 2 mesurettes, en règle générale matin et soir.
Adolescents dès 12 ans et adultes, 3 mesurettes (15 ml), matin et soir.
Le sirop Codipront se présente sous forme de suspension thixotrope et doit par conséquent être agité vigoureusement avant l'emploi, afin d'assurer une répartition régulière des substances actives.

Limitations d'emploi

Contre-indications
Hypersensibilité avérée aux substances actives ou aux adjuvants de Codipront.

Codéine: Codipront ne doit pas être prescrit aux patients souffrant de constipation chronique, ni lorsqu'il faut éviter une dépression du centre respiratoire (crise d'asthme aiguë, insuffisance respiratoire) de même qu'en cas de toxicomanie aux opiacés.

Phényltoloxamine: Codipront est contre-indiqué chez les patients souffrant d'asthme, d'un glaucome à angle fermé ou d'une hypertrophie de la prostate.

Précautions
En raison de l'effet anticholinergique de la phényltoloxamine, Codipront ne devrait être administré qu'avec prudence aux patients présentant dans leur anamnèse une hypertension intra-oculaire.
Une prudence particulière s'impose en cas d'hypertension intracrânienne, d'hypovolémie et de troubles cérébraux aigus.
Le patient doit être rendu attentif au fait que l'absorption de Codipront peut engendrer une somnolence et qu'il vaudrait mieux, par conséquent, ne pas conduire de véhicules ni utiliser de machines dangereuses. Il doit en outre être avisé de ce que les effets de l'alcool et des sédatifs à action centrale peuvent être potentialisés.
Chez les enfants, les indications posologiques doivent être respectées à la lettre, car un surdosage peut entraîner des états d'agitation.
Un traitement à long terme et à forte dose de codéine peut entraîner une dépendance et provoquer un syndrome de sevrage lorsque l'administration de Codipront est brusquement suspendue.

Grossesse/Allaitement
Catégorie de grossesse C. La sécurité de l'emploi de Codipront pendant la grossesse ou la période d'allaitement n'a pas été suffisamment prouvée. Des effets secondaires graves pouvant survenir chez la femme enceinte et l'enfant allaité, Codipront ne devrait être administré que si, de l'avis du médecin, le résultat potentiel l'emporte sur les risques éventuels.

Effets indésirables

Les effets secondaires les plus fréquents de la codéine sont la constipation et les nausées.
Autres effets indésirables observés: vomissements, somnolence, léthargie, vertiges, euphorie, prurit et éruptions cutanées.
Les antihistaminiques peuvent entraîner: sédation, nausée, malaises, sécheresse de la bouche, troubles du système nerveux central, de la miction, de la vue, augmentation brusque de la tension intra-oculaire (glaucome à angle fermé), réactions d'hypersensibilité (éruptions cutanées p.ex.), modifications de la formule sanguine (très rares), et états d'excitation chez l'enfant et le vieillard.
Des cas isolés d'états de faiblesse et d'agitation, d'inappétence et de pyrosis ont également été observés.

Interactions

L'absorption simultanée de codéine et de puissants analgésiques, de narcotiques, d'hypnotiques, d'antihistaminiques, d'antipsychotiques, d'anxiolytiques ou d'autres inhibiteurs du SNC (alcool inclus) peut entraîner l'apparition de symptômes d'une inhibition centrale additionnelle.
L'absorption simultanée d'anticholinergiques et de codéine peut provoquer un iléus paralytique.

Surdosage

La liaison des substances actives à une résine synthétique retarde leur libération, si bien que dans la plupart des cas un traitement symptomatique suffit.

Codéine
Un grave surdosage de codéine se traduit par une dépression du centre respiratoire, une extrême somnolence pouvant aller jusqu'à la stupeur ou au coma, une faiblesse musculaire, une peau froide et moite, et occasionnellement une bradycardie ainsi qu'une chute de la tension artérielle.
En cas de surdosage, il s'agit de rétablir les échanges gazeux respiratoires au moyen de l'intubation et de la respiration soit assistée soit contrôlée. Une dépression du centre respiratoire due à l'absorption de codéine peut être combattue par une dose appropriée d'un antagoniste de la morphine, tel que la naloxone ou le lévallorphane, qui sera administré i.v. parallèlement à la respiration assistée.
Un lavage d'estomac peut se révéler utile, afin d'éliminer les résidus de substance active non résorbés.

Phényltoloxamine
Chez les adultes, un surdosage d'antihistaminiques provoque généralement une inhibition du SNC accompagnée de somnolence ou de coma, pouvant être suivis d'un état d'excitation et de crampes.
Un traitement symptomatique ainsi que des mesures d'assistance s'imposent; la physostigmine peut se révéler utile pour combattre les effets anticholinergiques sur le SNC.

Remarques particulières

Conservation
Les capsules et le sirop Codipront restent pleinement efficaces jusqu'à la date d'échéance indiquée sur l'emballage par «Exp.».

Numéros OICM

34134, 34135.

Mise à jour de l'information

Octobre 1990.
LPD 01/13/92/RL88

2022 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home