ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Cardiopril®:Pfizer AG
Information professionnelle complèteDDDimprimé 
Forme gal./Grpe.th.Composit.PropriétésPharm.cinét.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.PrécautionsEffets indésir.
Interact.SurdosageRemarquesNum. SwissmedicMise à jour 

AntihypertenseurInhibiteur de l'enzyme de conversion del'angiotensine (inhibiteur de l'ECA) 

Composition

Principe actif: chlorhydrate de spirapril*.

Comprimés sécables à 6 mg.

Excipients à déclarer: néant.
* DCI

Propriétés/Effets

Le spirapril est un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine. Le spirapril est un «prodrug» qui est hydrolysé in vivo essentiellement en spiraprilate, diacide qui en est le métabolite pharmacologiquement actif. L'enzyme de conversion de l'angiotensine est une peptidyl-dipeptidase qui catalyse la conversion de l'angiotensine I en angiotensine II, un vasoconstricteur puissant. L'angiotensine II stimule également la production d'aldostérone, augmentant ainsi l'excrétion de potassium et la rétention de sodium. Le spirapril pourrait exercer également un effet sur le système kallikréine-kinine résultant en une augmentation de la concentration de bradykinine, puissant vasodilatateur.
Cardiopril abaisse la pression artérielle, essentiellement par ses effets sur le système rénine-angiotensine-aldostérone. Ceci se traduit par une réduction des résistances artérielles périphériques, avec peu ou pas de changements de la fréquence cardiaque.
L'effet antihypertenseur de Cardiopril s'observe généralement 1 heure après l'administration d'une dose orale unique. La réduction tensionnelle maximale est atteinte après 3 à 4 heures.
L'effet de Cardiopril se maintient sur 24 heures, ce qui permet une administration quotidienne unique.

Pharmacocinétique

Après administration orale de Cardiopril, l'absorption est de 45%. Les concentrations plasmatiques maximales de spirapril sont atteintes après 45 à 90 minutes. Le spirapril est presque entièrement converti en son métabolite actif, le spiraprilate. La biodisponibilité absolue du spiraprilate est de 42%. Elle est basée sur le rapport entre l'AUC du spiraprilate suite à l'administration i.v. de spiraprilate et l'AUC du spiraprilate suite à l'administration p.o. de spirapril. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes en 2 à 3 heures. Le spirapril et le spiraprilate se lient tous deux à 89% aux protéines plasmatiques, de manière non spécifique. Le volume de distribution apparent du spirapril est de 28 l en moyenne, et sa demi-vie d'élimination de 20 à 30 minutes environ. L'élimination du spiraprilate est biphasique, avec une phase α de 2 heures et une phase β de 40 heures. L'excrétion du spirapril et de son métabolite actif est approximativement de même ampleur dans les urines et dans les fèces: dans des conditions d'équilibre dynamique chez le volontaire sain, environ 40% de la dose orale sont retrouvés dans les urines et 51% dans les fèces. La fraction de spiraprilate éliminée par le rein est de 60% lorsque le spirapril est également présent dans le plasma.

Pharmacocinétique chez les insuffisants rénaux: lors d'insuffisance rénale on observe une augmentation de la variabilité des concentrations plasmatiques de spiraprilate. Il existe une relation linéaire entre la clairance plasmatique du spiraprilate et la clairance de la créatinine. Chez les patients souffrant d'insuffisance rénale grave (Cl cr  <20 ml/min), les concentrations plasmatiques de spiraprilate (C max ) sont augmentées d'un facteur de 2-3 et l'AUC d'un facteur de 4. Chez les patients avec une Cl cr  de 40-80 ml/min, l'AUC est doublée.
Une élimination non rénale significative est présente et on n'a pas observé d'accumulation au cours de traitements chroniques. La tolérance clinique chez les patients souffrant d'insuffisance rénale grave est encore insuffisamment documentée. C'est pourquoi l'administration de Cardiopril à des patients dont la valeur de la Cl cr  est inférieure à 30 ml/min n'est pas recommandée. Chez les patients dont la Cl cr  se situe entre 30-80 ml/min, il est recommandé de réduire le dosage de Cardiopril.

Pharmacocinétique chez les patients dialysés: le spiraprilate est éliminé par voie non rénale avec une demi-vie d'élimination de 25 heures en l'abscence de dialyse. On n'a pas observé d'accumulation après administrations répétées de Cardiopril 6 mg en alternance, le jour sans dialyse. Le spiraprilate est dialysable.
Pour les interactions pharmacocinétiques, voir Interactions médicamenteuses.

Indications/Possibilités d'emploi

Indication reconnue
Hypertension artérielle.

Posologie/Mode d'emploi

La posologie recommandée pour Cardiopril est de 6 mg (1 comprimé) une fois par jour en traitement d'attaque et d'entretien. L'absorption de Cardiopril n'étant pas influencée par les aliments, le comprimé peut être pris avant, pendant ou après le repas. Il sera administré de préférence le matin.
Si une réponse satisfaisante n'est pas obtenue après 4 à 6 semaines de traitement selon ces modalités, l'utilisation d'un autre antihypertenseur ou d'un antihypertenseur supplémentaire doit être envisagée.

Utilisation lors d'insuffisance rénale: chez les patients souffrant d'une insuffisance légère à moyenne, (Cl cr  30-80 ml/min), la dose initiale de Cardiopril est de 3 mg une fois par jour et devrait être administrée sous surveillance médicale. La dose peut être augmentée à une dose maximale de 6 mg une fois par jour en fonction de la réponse tensionnelle.
La tolérance clinique chez les patients souffrant d'insuffisance rénale grave est encore insuffisamment documentée. C'est pourquoi l'administration de Cardiopril à des patients dont la clearance de la créatinine est infèrieure à 30 ml/min n'est pas recommandée.

Utilisation chez les patients sous hémodialyse: l'expérience avec Cardiopril étant encore limitée, son utilisation n'est pas recommandée.

Utilisation lors d'insuffisance hépatique: chez ce groupe de patients, les concentrations plasmatiques de spiraprilate peuvent être réduites d'environ 30%; toutefois, aucun ajustement posologique n'est nécessaire.

Utilisation chez le sujet âgé: d'après les données cliniques et pharmacocinétiques chez les sujets âgés (>65 ans), la dose journalière recommandée est de 3 mg. Chez les patients ne répondant pas à cette dose, elle peut être augmentée à 6 mg par jour.

Utilisation chez l'enfant: l'expérience avec Cardiopril étant inexistante chez l'enfant, son utilisation ne peut être recommandée.

Utilisation chez les patients en état de déplétion saline/ hydrique: voir sous «Précautions».

Limitations d'emploi

Contre-indications
Cardiopril est contre-indiqué chez les patients présentant une hypersensibilité connue au produit et chez les patients avec des antécédents d'oedème angioneurotique lié à un traitement antérieur avec un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine.

Précautions

Utilisation chez les patients en état de déplétion saline/hydrique: l'hypotension n'a été que rarement observée chez les patients avec hypertension non compliquée. Elle peut cependant être une conséquence possible, surtout après la première dose, chez les patients en état de déplétion saline/hydrique (p.ex. ceux traités avec les diurétiques). Chez de tels patients, le traitement diurétique devrait, de préférence, être interrompu pendant 2 à 3 jours avant le traitement avec Cardiopril.
Si Cardiopril doit être administré simultanément avec le diurétique, le traitement doit s'accompagner d'une étroite surveillance médicale pendant les 6 premières heures suivant l'administration.
En cas de survenue d'une hypotension, le patient doit être couché et, si nécessaire, être mis sous perfusion intraveineuse de sérum physiologique. Une réponse hypotensive transitoire ne constitue pas une contre-indication à la poursuite du traitement, et les doses suivantes peuvent généralement être administrées sans problème une fois la pression artérielle revenue à la normale.

Utilisation de suppléments de potassium ou de diurétiques d'épargne potassique: les facteurs de risque de développement d'une hyperkaliémie en association avec les inhibiteurs de l'enzyme de conversion comprennent l'insuffisance rénale et le diabète sucré. Par conséquent, Cardiopril doit être utilisé avec précaution dans de telles conditions. L'utilisation de Cardiopril avec des suppléments de potassium ou des diurétiques d'épargne potassique peut conduire à une augmentation significative de la kaliémie. Au cas où l'utilisation concomitante de ces agents serait indiquée en raison d'une hypokaliémie, elle doit se faire avec précaution et sous surveillance étroite de la kaliémie.

Utilisation chez les patients souffrant d'hypertension rénovasculaire: par suite de son effet inhibiteur sur le système rénine-angiotensine-aldostérone, Cardiopril peut modifier la fonction rénale chez les patients souffrant d'hypertension rénovasculaire. L'administration de Cardiopril, surtout chez les patients hypertendus avec sténose unilatérale ou bilatérale de l'artère rénale, peut entraîner une augmentation de l'azote uréique et de la créatininémie. Chez ces patients, la fonction rénale doit être surveillée étroitement au début du traitement.
Chez certains hypertendus sans pathologie vasculaire rénale préexistante apparente peuvent se développer une augmentation de l'urémie et de la créatininémie. De telles augmentations, généralement faibles et transitoires, se voient plus fréquemment chez des patients ayant une insuffisance rénale préexistante.

Chirurgie/Anesthésie: chez les patients subissant une intervention chirurgicale lourde ou sous anesthésie avec des agents hypotenseurs, Cardiopril peut bloquer la formation d'angiotensine II secondaire à la libération compensatrice de rénine. Si une hypotension venait à se produire, elle peut être corrigée par une restauration du volume, si l'on considère qu'elle est due à ce mécanisme.
Lors d'utilisation concomitante d'inhibiteurs de l'ECA et de certaines membranes de dialyse (par ex. membranes de polyacrylate-methylsulfonate ou lors d'aphérèse de LDL avec le sulfate de Dextran), des réactions d'hypersensibilité (réactions anaphylactoïdes) ont été décrites.

Grossesse, allaitement
Catégorie de grossesse D.
L'administration de médicaments de la classe des inhibiteurs de l'ECA pendant le deuxième et le troisième trimestre de la grossesse peuvent causer chez le foetus des lésions rénales ou des malformations de la face et du crâne. L'expérience acquise avec d'autres inhibiteurs de l'ECA a démontré que le foetus est exposé in-utéro à un risque potentiel d'hypotension; les nouveau-nés ont présentés un poids à la naissance inférieur à la moyenne ainsi qu'une perfusion rénale diminuée ou une anurie. Chez la mère, on a observé une oligohydrémie, qui, selon toute vraisemblance, est en relation avec une diminution de la fonction rénale du foetus.
Tous les nouveau-nés ayant été exposés in-utéro à un inhibiteur de l'ECA devraient subir une exploration de la fonction rénale, de l'hyperkaliémie et de la pression sanguine. En cas de nécessité des mesures thérapeutiques adéquates, telles que réhydratation ou dialyse pour éliminer le principe actif en cause, doivent être instaurées.
Comme pour les autres inhibiteurs de l'ECA, Cardiopril ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, excepté chez les patientes pour lesquelles aucun autre traitement ne peut être envisagé, et lorsque les avantages escomptés pour la mère l'emportent sur les risques potentiels pour l'enfant.
On ignore si le spirapril passe dans le lait maternel; par conséquent, les patientes qui souhaitent allaiter ne devraient pas recevoir Cardiopril.

Effets indésirables

Les effets indésirables suivants ont été observés occasionnellement (0,1-5%): maux de tête, étourdissements, symptômes affectant les voies aériennes supérieures (toux comprise) et fatigue. En de rares occasions (<0,1%), des embarras gastro-intestinaux ainsi que des rashs ont été signalés.

Oedème angioneurotique: des cas d'oedème angioneurotique de la face, des extrémités, des lèvres, de la langue, de la glotte et/ou du larynx ont été rapportés chez des patients traités avec les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine. Dans le cas de Cardiopril, la plupart des patients ayant connu cette complication avaient été soumis à de longues périodes de traitement, à des doses quotidiennes de 5 à 10 fois supérieures à la dose recommandée. La survenue d'un oedème angioneurotique doit faire arrêter le traitement par Cardiopril et surveiller de près le patient jusqu'à ce que l'oedème disparaisse. Lorsque la langue, la glotte ou le larynx sont touchés et qu'il y a risque d'obstruction des voies respiratoires, un traitement approprié, par ex. injection d'une solution d'adrénaline 1/1000, doit être rapidement mis en oeuvre.

Neutropénie/agranulocytose: il n'existe aucune preuve qu'un traitement prolongé avec Cardiopril ait un quelconque effet indésirable sur les constantes hématologiques. Un contrôle périodique de la formule leucocytaire doit pourtant être envisagé chez les patients atteints de maladies auto-immunes, dans la mesure où, en de rares occasions, une dyscrasie sanguine a été signalée chez de tels patients recevant des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine.
Une hypotension à la première dose a pu être observée, en de rares occasions (voir sous «Précautions»).

Interactions

L'ingestion de Cardiopril avec un repas riche en graisses n'a pas d'effet significatif sur la biodisponibilité du spirapril mais peut retarder son absorption d'environ 1 heure.
L'effet du diclofénac, du glibenclamide, de l'hydrochlorothiazide ou de la cimétidine sur les concentrations plasmatiques de spirapril et de spiraprilate est négligeable.
L'administration concomitante de Cardiopril et de rifampicine se traduit par une diminution de 20 à 30% des concentrations plasmatiques de spiraprilate: toutefois, ces modifications mineures ne nécessitent pas d'ajustement posologique lorsque Cardiopril est utilisé en association avec les médicaments mentionnés ci-dessus.
La nicardipine ne modifie pas de façon significative la pharmacocinétique du spirapril, bien que la biodisponibilité de la nicardipine puisse être réduite d'environ 30% en cas d'administration concomitante avec Cardiopril.
Cardiopril ne modifie pas significativement la pharmacocinétique de la digoxine.
Les patients sous diurétiques peuvent parfois présenter une réduction excessive de la pression artérielle au début du traitement avec Cardiopril (voir «Précautions»). Concernant l'administration concomitante de diurétiques d'épargne potassique ainsi que de suppléments de potassium, se référer au paragraphe «Précautions».
Comme pour d'autres médicaments favorisant l'excrétion du sodium, l'excrétion du lithium peut s'en trouver réduite. C'est pourquoi la lithémie doit être contrôlée étroitement chez les patients sous lithothérapie.
Lors d'utilisation concomitante d'inhibiteurs de l'ECA et de certaines membranes de dialyse (par ex. membranes de polyacrylate-methylsulfonate) ou lors d'aphérèse de LDL avec le sulfate de Dextran, des réactions d'hypersensibilité (réactions anaphylactoïdes) ont été décrites.

Surdosage

Aucun cas de surdosage aigu n'a été rapporté à ce jour; toutefois, la prise d'une dose 10 fois supérieure à la dose recommandée peut entraîner des maux de tête et une hypotension.

Traitement: envisager un lavage d'estomac avec surveillance étroite du patient (notamment sur le plan cardio-vasculaire), accompagné, si nécessaire, d'un traitement symptomatique.

Remarques particulières

Conservation
A conserver hors de la portée des enfants, au-dessous de 25 °C, à l'abri de la lumière et de l'humidité excessives (dans son emballage d'origine), jusqu'à la date «EXP.» indiquée sur l'emballage.

Numéros OICM

52989.

Mise à jour de l'information

Février 1997.
RL88

2022 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home