ch.oddb.org
 
Apotheken | Hôpital | Interactions | LiMA | Médecin | Médicaments | Services | T. de l'Autorisation
Information professionnelle sur Nasacort Allergo®:Opella Healthcare Switzerland AG
Information professionnelle complèteDDDAfficher les changementsimprimé 
Composit.Forme gal.Indic./emploiPosolog./mode d'empl.Contre-Ind.PrécautionsInteract.Grossesse
Apt.conduiteEffets indésir.SurdosagePropriétésPharm.cinét.Donn.précl.RemarquesNum. Swissmedic
PrésentationsTitulaireMise à jour 

Mises en garde et précautions

Effets indésirables nasaux locaux
Epistaxis: lors d'essais cliniques d'une durée de 2 à 12 semaines, une épistaxis a été observée plus fréquemment chez les patients traités par le spray nasal Nasacort Allergo que chez ceux recevant le placebo (Voir «Effets indésirables»).
Perforation du septum nasal: au cours des essais cliniques, une perforation du septum nasal a été rapportée chez un patient adulte traité par le spray nasal Nasacort Allergo.
Candidose: des infections localisées du nez et du pharynx par Candida albicans se sont rarement produites. Lorsqu'une telle infection se développe, elle peut nécessiter un traitement topique ou systémique adéquat et l'interruption du traitement pas le spray nasal Nasacort Allergo. C'est pourquoi les patients utilisant ce médicament pendant plusieurs mois ou plus doivent être examinés périodiquement quant à une candidose ou d'autres signes d'effets indésirables sur la muqueuse nasale.
Guérison difficile de plaies: en raison de l'effet d'inhibition des corticoïdes sur la cicatrisation de plaies, les patients ayant subi récemment des ulcères du septum nasal, une opération ou un traumatisme nasal ne devraient pas utiliser Nasacort Allergo tant que la plaie n'est pas complètement guérie.
Glaucome et cataracte
Les corticostéroïdes intranasaux et inhalés peuvent entraîner le développement d'un glaucome et/ou d'une cataracte. Il est donc justifié de surveiller étroitement les patients qui présentent une modification de la vision ou des antécédents de pression intraoculaire accrue, de glaucome et/ou de cataracte.
Troubles visuels
Des troubles visuels peuvent survenir lors de l'utilisation systémique ou topique de corticostéroïdes. Si un patient présente des symptômes tels qu'une vision floue ou d'autres troubles visuels, il devrait être examiné par un ophtalmologiste pour évaluer les causes possibles, pouvant inclure la cataracte, le glaucome ou des maladies rares telles que la choriorétinopathie séreuse centrale (CRSC), signalés après l'utilisation de corticostéroïdes systémiques ou topiques.
Immunosuppression
Les personnes prenant des médicaments qui dépriment le système immunitaire sont plus sujettes aux infections que des individus en bonne santé. La varicelle et la rougeole, par exemple, peuvent suivre une évolution plus sévère, voire fatale, chez les patients sous corticostéroïdes. Les sujets qui n'ont pas eu ces maladies ou n'ont pas été correctement immunisés doivent faire l'objet de précautions particulières pour éviter une exposition. On ne sait comment la dose, la voie et la durée d'administration d'un corticoïde influence le risque de développer une infection disséminée. La contribution au risque de la maladie sous-jacente et/ou d'une corticothérapie antérieure n'est pas connue. En cas d'exposition à la varicelle, une prophylaxie par immunoglobuline anti-varicelle-zona (VZIG) peut être indiquée. En cas d'exposition à la rougeole, une prophylaxie par des immunoglobulines polyvalentes (IG) peut se justifier. Si la varicelle se développe, un traitement avec des agents antiviraux peut être envisagé.
En raison d'une aggravation possible de la maladie, les corticostéroïdes sont à éviter ou à utiliser avec réserve chez les patients atteints d'infections tuberculeuses actives ou latentes du système respiratoire, d'infections fongiques ou bactériennes locales ou systémiques non traitées et d'infections systémiques virales, parasitaires ou d'herpès simplex oculaire.
Absorption systémique et troubles de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien:
L'absorption systémique des corticostéroïdes intranasaux, avec hyperadrénocorticisme et/ou freinage surrénalien, est possible – en particulier lors d'une utilisation prolongée. L'arrêt brutal de la triamcinolone après une utilisation prolongée expose aux risques suivants: exacerbation ou réapparition de la maladie traitée, insuffisance corticosurrénalienne ou syndrome de sevrage des stéroïdes, dont les signes et symptômes typiques sont, entre autres, arthralgie, myalgie, tremblement, perte de poids et anxiété. En cas de suspicion de syndrome de sevrage des stéroïdes, il faut envisager l'administration systémique de corticostéroïdes, notamment en situation de stress ou si une opération est prévue.
Le remplacement d'un corticoïde systémique par un corticoïde topique peut également entraîner des symptômes de sevrage de corticoïdes. Les patients antérieurement traités à long terme par des corticoïdes systémiques et passant à des corticoïdes topiques doivent être surveillés étroitement quant à une insuffisance surrénalienne aiguë en réponse au stress. Chez les patients atteints d'asthme ou d'autres symptômes cliniques requérant une corticothérapie systémique à long terme, une diminution rapide de la posologie corticoïde peut déclencher une exacerbation sérieuse de leurs symptômes.
Effet sur la croissance
La prise de corticostéroïdes peut entraîner des retards de croissance chez les enfants. Aucune donnée sur les adolescents et les jeunes adultes n'est disponible.
Afin de minimiser les effets systémiques de corticoïdes intranasaux, y compris du spray nasal Nasacort Allergo, il convient de titrer la posologie de chaque patient jusqu'à la dose la plus faible encore capable de contrôler efficacement ses symptômes (voir «Posologie/Mode d'emploi»).
Excipients
Nasacort Allergo contient 0,015 mg de chlorure de benzalkonium par nébulisation qui peut provoquer un œdème de la muqueuse nasale, particulièrement dans le cas d'une utilisation à long terme.

2022 ©ywesee GmbH
Einstellungen | Aide | FAQ | Identification | Contact | Home