Ausdruck von http://www.oddb.org
Spikevax 0,20 mg/ml formulation
Moderna Switzerland GmbH

Composition

Principes actifs
Une dose (0,5 ml) Spikevax 0,20 mg/ml formulation du cycle de vaccination primaire contient 100 µg d’ARN messager (ARNm)
Elasomeran est un ARNm simple brin à coiffe en 5’ produit au moyen d’une transcription in vitro acellulaire à partir de l’ADN parent correspondant codant pour la protéine du spicule viral (S) du SARS-CoV-2. L’ARNm est incorporé dans des nanoparticules lipidiques.
Excipients
Lipide SM-102, cholestérol, 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine (DSPC), 1,2-dimyristoyl-rac-glycéro-3-méthylpolyoxyéthylène (PEG2000-DMG), trométamol, chlorhydrate de trométamol, acide acétique, acétate de sodium trihydraté, saccharose, eau pour préparations injectables.
Chaque dose de 0,5 ml de la dispersion de 0,20 mg/ml contient 0,033 mg de sodium.

Indications/Possibilités d’emploi

Le Spikevax est indiqué pour l’immunisation active en vue de prévenir la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), causée par le virus SARS-CoV-2, chez les personnes dès l’âge de 6 ans.
Ce vaccin doit être utilisé conformément aux recommandations officielles.

Posologie/Mode d’emploi

Le Spikevax doit être administré par un professionnel de santé qualifié.
Le flacon de Spikevax 0,20 mg/ml est destiné à un usage multiple. Un maximum de 10 doses de 0,5 ml peut être prélevé de chaque flacon.
Pour l'application, il convient d'utiliser des aiguilles de calibre 21G ou des aiguilles plus fines.
Posologie usuelle
Individus de 12 ans et plus (cycle de vaccination primaire)
Le Spikevax 0,20 mg/ml est administré selon un schéma en deux doses de 100 µg (0,5 ml chacune).
La seconde dose doit être administrée un mois après la première (voir « Mises en garde et précautions »).
Individus de 6 à 11 ans
Voir l'information professionnelle pour la formulation de Spikevax 0,10 mg/ml.
Troisième dose
Personnes immunodéprimées à partir de 12 ans
Une troisième dose Spikevax 0,20 mg/ml peut être administrée aux personnes immunodéprimées (sous forme d'une troisième dose de 100 µg d'ARNm/0,5 ml) au moins 28 jours après la 2e dose. Cette décision se fonde sur une étude qui a montré qu'une dose supplémentaire de vaccin à ARNm augmente la capacité à produire des anticorps contre le virus responsable de la COVID-19 chez les patients ayant subi une transplantation d'organe et dont le système immunitaire est affaibli. Bien qu'il n'y ait pas de preuve directe que la capacité de produire des anticorps chez ces patients protège contre les formes graves de COVID-19, on pense que la dose supplémentaire peut augmenter la protection chez au moins certains patients.
Vaccination de rappel (Booster)
Voir l'information professionnelle pour la formulation de Spikevax 0,10 mg/ml.
Il est recommandé de noter le nom de spécialité et le numéro de lot de chaque traitement, afin d’assurer la traçabilité des produits thérapeutiques biotechnologiques.
Il convient de remettre au patient une carte comportant le nom du vaccin, le numéro de lot, la date de la seconde dose, la date de la vaccination de rappel et des informations relatives à l’annonce des événements indésirables.
Patients âgés
Une étude clinique de phase 3 en cours a examiné la sécurité d’emploi et l’efficacité de Spikevax chez des personnes âgées de 18 ans et plus, dont 3768 personnes de 65 ans et plus. Il n’est pas nécessaire d’adapter la posologie chez les personnes de ≥65 ans.
Enfants
La sécurité d’emploi et l’efficacité de Spikevax n’ont pas encore été établies chez les personnes de moins de 6 ans. Aucune donnée n’est disponible.
Le Spikevax n’est pas indiqué pour les enfants âgés de <6 ans.
Mode d’administration
Le Spikevax doit être administré par voie intramusculaire, de préférence dans le muscle deltoïde du bras.
Ne pas administrer ce vaccin par voie intraveineuse, sous-cutanée ou intradermique.
Pour l'application et le retrait des flacons, il convient d'utiliser des aiguilles de calibre 21G ou des aiguilles plus fines.
Le vaccin ne doit pas être mélangé à d’autres vaccins ou médicaments dans la même seringue. Il n’est pas nécessaire de le diluer.
Concernant les précautions à prendre avant l’administration du vaccin, voir la rubrique «Mises en garde et précautions».
Concernant les instructions pour la décongélation, la manipulation et l’élimination du vaccin, voir la rubrique «Remarques particulières».

Contre-indications

Le Spikevax est contre-indiqué chez les personnes ayant eu des réactions allergiques sévères (par ex. anaphylaxie) à l’un des composants du vaccin ou à une dose précédente du vaccin anti-COVID-19 de Moderna (voir «Composition»).

Mises en garde et précautions

Hypersensibilité et anaphylaxie
Des cas d’anaphylaxie ont été signalés. Une surveillance et un traitement médical appropriés doivent toujours être à portée de main en cas de réaction anaphylactique après l’administration de Spikevax.
Une surveillance étroite est recommandée après la vaccination, comme suit:
·30 minutes :
oChez les personnes ayant déjà eu une réaction allergique immédiate à un autre vaccin ou à un traitement par injection (tous degrés de gravité) ;
oChez les personnes ayant subi dans le passé, une anaphylaxie pour quelque raison que ce soit.
·15 minutes :
oPour toutes les autres personnes.
Aucune dose supplémentaire du vaccin ne doit pas être administrée aux personnes qui ont subi une anaphylaxie lors de la première ou de la deuxième dose de Spikevax.
Myocardite et péricardite
De très rares cas de myocardite et de péricardite ont été observés après vaccination par Spikevax. Ces cas sont survenus principalement dans les 14 jours suivant la vaccination, plus souvent après la seconde vaccination, et plus souvent chez des hommes plus jeunes. Dans une étude, lors de laquelle 167 participants ont reçu une dose de rappel (0,25 ml, 50 µg de la dispersion 0,20 mg/ml) avec Spikevax, 2 cas de péricardite ont été observés à une date proche de l’administration de la dose de rappel. Le risque de myocardite après une troisième dose de Spikevax ou après la vaccination de rappel avec Spikevax n’a, jusqu’à présent, pas été caractérisée davantage. Les données disponibles suggèrent que le cycle de myocardite et de péricardite après vaccination n’est pas différent du cycle myocardique ou péricardite en général.
Il n'existe à ce jour aucune donnée sur le risque de myocardite ou de péricardite après vaccination avec Spikevax chez les enfants âgés de 6 à 11 ans.
Les professionnels de santé doivent être attentifs aux signes et symptômes de myocardite et de péricardite. Les sujets vaccinés doivent être informés qu'ils doivent immédiatement consulter un médecin s'ils développent des symptômes révélateurs d'une myocardite ou d'une péricardite, tels que des douleurs thoraciques (aiguës et persistantes), un essoufflement ou des palpitations après la vaccination.
Les professionnels de santé doivent consulter des conseils et/ou des spécialistes pour diagnostiquer et traiter cette affection.
Personnes immunocompromises
L’efficacité, la sécurité d’emploi et l’immunogénicité du vaccin n’ont pas été évaluées chez les personnes immunocompromises, y compris celles sous traitement immunosuppresseur. L’efficacité de Spikevax pourrait être plus faible chez les personnes immunodéprimées.
Personnes à risque d’hémorragie
Comme d’autres injections intramusculaires, le Spikevax doit être administré avec prudence chez les personnes souffrant de troubles hémorragiques, tels que l’hémophilie, ou qui suivent un traitement anticoagulant, afin d’éviter le risque d’apparition d’un hématome après l’injection.
Réactions d’anxiété
Des réactions d’anxiété, telles que des réactions vasovagales (syncope), une hyperventilation ou des réactions liées au stress peuvent survenir en association avec la vaccination ; il s’agit de réponses psychogènes à l’injection par aiguille. Il est important que des précautions soient en place pour prévenir les blessures par suite de perte de connaissance.
Maladie concomitante
La vaccination doit être reportée chez les personnes présentant une maladie fébrile sévère ou une infection aiguë.
Poussées de syndrome de fuite capillaire
Quelques cas de poussées de syndrome de fuite capillaire (SFC) ont été rapportés dans les premiers jours suivant la vaccination par Spikevax. Les professionnels de santé doivent être conscients des signes et symptômes du SFC pour reconnaître et traiter rapidement la maladie. Chez les personnes ayant des antécédents médicaux de SFC, la planification de la vaccination doit être réalisée en collaboration avec des experts médicaux appropriés.
Durée de la protection
La durée de protection conférée par le vaccin est inconnue ; des essais cliniques sont en cours pour évaluer cet aspect.
Limites de l’efficacité du vaccin
La protection peut ne pas être totale jusqu’à 14 jours après la deuxième dose. Comme pour tous les vaccins, il se peut que le Spikevax ne protège pas toutes les personnes vaccinées.
Excipients à effet notoire
Sodium
Ce vaccin contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par 0,5 ml dose, c.-à-d. qu’il est essentiellement « sans sodium ».

Interactions

Aucune étude d’interaction n’a été réalisée.
Autres vaccins
Nous ne disposons d’aucune donnée permettant d’évaluer l’administration concomitante de Spikevax et d’autres vaccins.

Grossesse, Allaitement

Grossesse
Aucune étude adéquate et bien contrôlée n’a été effectuée concernant l’utilisation de Spikevax chez la femme enceinte. Les données disponibles sur le Spikevax administré aux femmes enceintes sont insuffisantes pour déterminer les risques associés au vaccin en cas de grossesse.
Les études chez l’animal n’indiquent pas d’effets néfastes, directs ou indirects, sur la grossesse, le développement embryonnaire/fœtal, l’accouchement ou le développement postnatal (voir la rubrique « Données précliniques »).
Allaitement
Nous ignorons si le Spikevax est excrété dans le lait maternel humain. Nous ne disposons d’aucune donnée permettant d’évaluer l’effet de Spikevax sur le nourrisson allaité ou sur la production/l’excrétion de lait. Par conséquent, il n’est pas recommandé d’administrer le Spikevax à une mère qui allaite.
Fertilité
Nous ne disposons d’aucune donnée sur la fertilité humaine suite à l’utilisation de Spikevax.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude sur les effets de Spikevax sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines n’a été effectuée. Certains des effets mentionnés à la rubrique « Effets indésirables » peuvent affecter l’aptitude à la conduite ou l’utilisation de machines.

Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité
Participants âgés de 18 ans et plus
La sécurité de Spikevax a été évaluée au cours d’une étude clinique de phase 3 en cours, randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle, menée aux États-Unis et impliquant 30 351 participants âgés de 18 ans et plus, ayant reçu au moins une dose de Spikevax (n = 15 185) ou du placebo (n = 15 166) (NCT04470427). Au moment de la vaccination, l’âge moyen de la population était de 52 ans (extrêmes : 18 à 95) ; 22 831 (75,2 %) des participants avaient entre 18 et 64 ans et 7 520 (24,8 %) des participants avaient 65 ans et plus.
Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés étaient la douleur au site d’injection (92 %), la fatigue (70 %), les céphalées (64,7 %), la myalgie (61,5 %), l’arthralgie (46,4 %), les frissons (45,4 %), les nausées/vomissements (23 %), l’œdème/la sensibilité axillaire (19,8 %), la fièvre (15,5 %), un gonflement au site d’injection (14,7 %) et la rougeur (10 %). Les effets indésirables étaient habituellement d’intensité légère ou modérée et ont été résolus en quelques jours après la vaccination. Une moindre fréquence de la réactogénicité a été observée chez les sujets les plus âgés.
Globalement, une incidence plus élevée de certains effets indésirables a été observée dans les groupes d’âge plus jeunes : l’incidence d’œdème/sensibilité axillaire, de fatigue, de céphalées, de myalgie, d’arthralgie, de frissons, de nausées/vomissements, et de fièvre était plus élevée chez les adultes âgés de 18 à < 65 ans par rapport à ceux âgés de 65 ans et plus. Les réactions indésirables locales et systémiques ont été plus fréquemment rapportées après la dose 2 qu’après la dose 1.
Adolescents âgés de 12 à 17 ans
Les données de sécurité de Spikevax chez les adolescents ont été collectées au cours d’une étude clinique de phase 2/3, en cours, randomisée, contrôlée contre placebo, avec l’observateur en aveugle, menée aux États-Unis et impliquant 3 762 participants âgés de 12 à 17 ans, ayant reçu au moins une dose de Spikevax (n = 2 486) ou du placebo (n = 1 240) (NCT04649151). Les données démographiques étaient similaires entre les participants qui ont reçu Spikevax et ceux qui ont reçu le placebo.
Les effets indésirables les plus fréquents chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans étaient la douleur au site d’injection (97 %), les céphalées (78 %), la fatigue (75 %), la myalgie (54 %), les frissons (49 %), l’œdème/la sensibilité axillaire (35%) l’arthralgie (35 %), les nausées/vomissements (29 %), le gonflement au site d’injection (28 %), l’érythème au site d’injection (26 %) et la fièvre (14 %).
Participants ayant effectué la vaccination de rappel (Booster)
Les données (de 167 participants) concernant la vaccination de rappel avec Spikevax sont limitées. Cette étude de confirmation de dose de phase 2, en cours, randomisée, en aveugle pour l’observateur et contrôlée par placebo a évalué la sécurité, la réactogénicité et l’immunogénicité de Spikevax chez des participants de plus de 18 ans (NCT04405076). Dans cette étude, 198 participants ont reçu deux doses (0,5 ml à 1 mois d’intervalle) de Spikevax dans le cycle de vaccination primaire. Dans une phase ouverte de cette étude, 167 de ces participants ont reçu une seule dose de rappel (0,25 ml) au moins 6 mois après la deuxième dose du cycle de vaccination primaire. 2 cas de péricardite survenus au même moment que l’administration de la dose de rappel ont été observés dans ce groupe (voir Mises en gardes et précaution myocardite/péricardite). Autrement, le profil des effets indésirables observés pour la vaccination de rappel était semblable à celui observé après la deuxième dose du cycle de vaccination primaire.
Enfants de 6 à 11 ans
Les données de sécurité de Spikevax chez les enfants ont été collectées au cours d’une étude clinique de phase 2/3 en deux parties, randomisée, avec observateur en aveugle, en cours, menée aux États-Unis et au Canada (NCT04796896). La partie 1, phase en ouvert de l’étude visant à évaluer la sécurité, la dose à sélectionner et l’immunogénicité, comprenait 380 participants âgés de 6 à 11 ans ayant reçu au moins 1 dose (0,25 mL, 50 µg) de la Spikevax 0,20 mg/ml dispersion. La partie 2, phase contrôlée contre placebo visant à évaluer la sécurité, comprenait 4 016 participants âgés de 6 à 11 ans ayant reçu au moins une dose (0,25 mL) de Spikevax (n = 3 012) ou de placebo (n = 1 004). Aucun des participants de la partie 1 n’a participé à la partie 2. Les caractéristiques démographiques étaient similaires entre les participants ayant reçu Spikevax et ceux ayant reçu le placebo.
Les effets indésirables les plus fréquents chez les participants âgés de 6 à 11 ans après la primo-vaccination étaient la douleur au site d’injection (98,4 %), la fatigue (73,1 %), les céphalées (62,1 %), la myalgie (35,3 %), les frissons (34,6 %), les nausées/vomissements (29,3 %), l’œdème/la sensibilité axillaire (27,0 %), la fièvre (25,7 %), l’érythème au site d’injection (24,0 %), le gonflement au site d’injection (22,3 %) et l’arthralgie (21,3 %).
Le profil de sécurité présenté cidessous est fondé sur les données générées dans une étude clinique contrôlée par placebo, menée auprès de 30 351 adultes âgés de ≥18 ans, une autre étude clinique contrôlée par placebo, menée auprès de 3 726 participants âgés de 12 à 17 ans, une autre étude clinique menée auprès de 4 002 participants âgés de 6 à 11 ans, et l’expérience post-commercialisation. Les différences entre les deux études sont identifiées par des remarques en fin de tableau.
Les effets indésirables signalés sont énumérés selon les conventions de fréquences suivantes :
très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100, < 1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1 000, < 1/100) ; rare (≥ 1/10 000, < 1/1 000) ; très rare (< 1/10 000) ; fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)
Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité (tableau 1).
Tableau 1 : effets indésirables observés dans les études cliniques de Spikevax et dans le cadre de la surveillance après l’autorisation chez les personnes âgées de 6 ans et plus

Classe de systèmes d’organes MedDRA

Fréquence

Effet(s) indésirable(s)

Affections hématologiques et du système lymphatique

Très fréquent

Lymphadénopathie*

Affections du système immunitaire

Indéterminée

Anaphylaxie
Hypersensibilité

Affections du système nerveux

Très fréquent

Céphalées

Peu fréquent

Vertiges

Rare

Paralysie faciale périphérique aiguë**
Hypoesthésie
Paresthésie

Affections cardiaques

Indéterminée

Myocardite
Péricardite

Affections gastrointestinales

Très fréquent

Nausées/vomissements

Fréquent

Diarrhée

Peu fréquent

Douleur abdominale (enfants)***

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquent

Éruption cutanée

Rare

Urticaire aiguë et retardée

Indéterminée

Érythème polymorphe

Affections musculosquelettiques et systémiques

Très fréquent

Myalgie
Arthralgie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Très fréquent

Douleur au site d’injection***
Fatigue
Frissons
Pyrexie**
Gonflement au site d’injection
Érythème au site d’injection

Fréquent

Urticaire au site d’injection
Rash au site d’injection
Réaction retardée au site d’injection

Peu fréquent

Prurit au site d’injection****

Rare

Gonflement du visage*****

* La lymphadénopathie a été enregistrée en tant que lymphadénopathie axillaire du même côté que le site d’injection. D’autres ganglions lymphatiques (par exemple, cervicaux, supraclaviculaires) ont été affectés dans certains cas.
** Tout au long de la période suivi de la sécurité, une paralysie faciale périphérique aiguë (paralysie faciale de Bell) a été signalée par trois participants du groupe recevant Spikevax et par un participant recevant le placebo. La survenue chez les participants du groupe recevant le vaccin était de 22 jours, 28 jours et 32 jours après la seconde dose.
*** Des douleurs abdominales ont été observées dans la population pédiatrique (6 à 11 ans) : 0,2 % dans le groupe Spikevax et 0 % dans le groupe placebo.
**** Réaction retardée au site d’injection incluait les douleur, érythème et gonflement et le délai médian de survenue était de 9 jours après la première injection et de 11 jours après la deuxième injection. La durée médiane était de 4 jours après la première injection, et de 4 jours après la deuxième injection.
***** Deux événements indésirables graves de gonflement du visage ont été observés chez des personnes vaccinées présentant des antécédents d’injection d’agents de comblement cosmétiques. La survenue du gonflement a été signalée au jour 1 et au jour 3 après la vaccination, respectivement.
Le profil de réactogénicité et de sécurité chez 343 sujets ayant reçu Spikevax qui étaient séropositifs au SARS-CoV-2 à la référence était comparable à celui des sujets séronégatifs pour le SARS-CoV-2 à la référence.
Transplantés d'organes solides avec une troisième dose de vaccination
Aucun événement de grade 3 ou 4 n'a été rapporté chez 60 personnes qui avaient subi auparavant (intervalle de 1,99-6,75 ans, médiane de 3,57 ans) une transplantation de divers organes solides (cœur, rein, rein-pancréas, foie, poumon, pancréas).
Déclaration des effets indésirables suspectés
L’annonce d’effets secondaires présumés après l’autorisation est d’une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d’effet secondaire nouveau ou grave via le portail d’annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Aucun cas de surdosage n’a été rapporté à ce jour.
En cas de surdosage, une surveillance des fonctions vitales et un éventuel traitement symptomatique sont recommandés.

Propriétés/Effets

Code ATC
J07BX03
Mécanisme d’action
Le Spikevax code pour la protéine du spicule stabilisée en configuration de pré-fusion du SARS-CoV-2. Après injection intramusculaire, les cellules absorbent la nanoparticule lipidique. La séquence d’ARNm est ainsi efficacement distribuée aux cellules, où elle sera traduite en protéine. Le système d’administration de l’ARNm est basé sur le principe et l’observation que les cellules in vivo peuvent absorber l’ARNm, le traduire et exprimer la ou les protéine(s) antigénique(s) dans la conformation souhaitée. L’ARNm distribué ne pénètre pas dans le noyau cellulaire et n’interagit pas avec le génome; il ne se réplique pas et ne s’exprime que de manière temporaire. Après traduction, la protéine est modifiée et acheminée, ce qui permet d’obtenir une protéine du spicule correctement repliée, entièrement fonctionnelle, qui s’insère dans la membrane cellulaire de la ou des cellule(s) qui l’exprime(nt). La protéine du spicule se lie à la membrane, de manière à imiter la présentation d’une infection naturelle.
Par la suite, les cellules immunitaires reconnaissent la protéine du spicule du SARS-CoV-2 exprimée comme un antigène étranger qui suscite l’intervention des lymphocytes T et B. La réaction immunitaire à la protéine du spicule induit des réponses fonctionnelles des anticorps et des lymphocytes T et la production de populations de cellules immunitaires à mémoire.
Pharmacodynamique
Sans objet.
Efficacité clinique
Efficacité chez les adultes âgés de 18 ans et plus
L’étude 1 était une étude clinique de phase 3, randomisée, en aveugle pour l’observateur, contrôlée contre placebo (NCT04470427) a exclu les personnes immunocompromises ou ayant reçu des immunosuppresseurs au cours des 6 mois précédents, ainsi que les participantes enceintes et les individus dont il était connu qu’ils avaient été infectés par le SARS-CoV-2. Les participants avec une maladie à VIH stable n’étaient pas exclus. Il était interdit d’avoir reçu un vaccin dans les 28 jours précédant ou suivant l’une des deux doses de Spikevax, à l’exception du vaccin contre la grippe, qui pouvait être administré 14 jours avant ou 14 jours après l’une des doses de Spikevax. Les participants devaient également observer un intervalle minimum de 3 mois après l’administration de produits sanguins/plasma ou d’immunoglobulines avant l’étude afin de pouvoir recevoir le placebo ou le Spikevax.
En tout, 30 351 sujets ont été suivis pendant une durée médiane de 92 jours (plage: 1-122) afin de dépister l’apparition de la maladie à COVID-19 après la dose 1.
La population de l’analyse d’efficacité primaire (ensemble per Protocol ou PPS) comprenait 28 207 sujets qui ont reçu soit le Spikevax (n=14 134), soit le placebo (n=14 073) et qui étaient négatifs au SARS-CoV-2 à la référence (tableau 2). La population de l’étude PPS comprenait 47,4% de femmes, 52,6% d’hommes, 79,5% de blancs, 9,7% d’afro-américains, 4,6% d’asiatiques et 6,2% d’autres. 19,7% des participants se sont identifiés comme étant hispaniques ou latino-américains. L’âge médian des personnes était de 53 ans (plage 18-94). Une fenêtre d’administration de -7 à +14 jours pour l’administration de la deuxième dose (programmée au jour 29) était autorisée pour l’inclusion dans le PPS. 98% des vaccinés ont reçu la seconde dose 25 jours à 35 jours après la dose 1 (ce qui correspond à une fourchette de -3 à +7 jours autour de l’intervalle de 28 jours).
Les cas de COVID-19 étaient confirmés par réaction en chaîne par polymérase à transcriptase inverse (RT-PCR) et par un comité d’évaluation clinique. L’efficacité vaccinale globale et par tranches d’âge clés est présentée dans le Tableau 2.
Tableau 2 : analyse d’efficacité primaire : nombre de cas de COVID-19# confirmés indépendamment de la sévérité, commençant 14 jours après la 2e dose ; population per protocole

Tranche d’âge
(ans)

Spikevax

Placebo

% d’efficacité
(IC à 95%)*

Sujets
N

Cas de COVID-19
N

Taux d’incidence
de COVID-19 par 1000 années-personnes

Sujets
N

Cas de COVID-19
N

Taux d’incidence
de COVID-19 par 1000 années-personnes

Global
(³18)

14 134

11

3,328

14 073

185

56,510

94,1
(89,3 - 96,8)

18 à <65

10 551

7

2,875

10 521

156

64,625

95,6
(90,6, 97,9)

³65

3583

4

4,595

3552

29

33,728

86,4
(61,4 - 95,2)

³65 à <75

2953

4

5,586

2864

22

31,744

82,4%
(48,9, 93,9)

³75

630

0

0

688

7

41,968

100%
(NE, 100)

#Nombre de COVID-19 : maladie à COVID-19 symptomatique nécessitant un résultat RT-PCR positif et au moins 2 symptômes systémiques ou 1 symptôme respiratoire. Cas commençant 14 jours après la 2e dose.
*EV et IC à 95% d’après le modèle à risques proportionnels de Cox stratifié
** IC non ajusté pour la multiplicité. Des analyses statistiques ajustées pour la multiplicité ont été réalisées dans une analyse intermédiaire basée sur moins de cas de COVID-19, non rapportée ici.
Efficacité contre la maladie à COVID-19 sévère
Parmi tous les sujets de l’ensemble PPS, aucun cas de COVID-19 sévère n’a été annoncé dans le groupe vacciné, alors que 30 cas sévères sur les 185 cas totaux (16%) ont été annoncés dans le groupe placebo. Sur les 30 participants atteints d’une maladie sévère, 9 ont été hospitalisés, dont 2 en soins intensifs. La majorité des cas sévères restants remplissaient uniquement le critère de saturation en oxygène (SpO2) pour la maladie sévère (≤93% à l’air ambiant) (tableau 3).
Analyses d’efficacité supplémentaires
Le Tableau 3 présente les analyses en sous-groupes de l’efficacité du vaccin 14 jours après la dose 2.
Tableau 3 : analyses en sous-groupes de l’efficacité du vaccin – maladie à COVID-19 14 jours après la dose 2 selon l’appréciation du comité d’évaluation (ensemble d’analyse d’efficacité primaire) – population per protocole

Sous-groupe

Spikevax

Placebo

% d’efficacité
(IC à 95%)**

Sujets
N

Cas de COVID-19
n

Taux d’incidence
de COVID-19 par 1000 années-personnes

Sujets
N

Cas de COVID-19
n

Taux d’incidence de maladie à COVID-19 par 1000 années-personnes

Risque élevé, total*

3206

4

5,227

3167

43

57,202

90,9
(74,7 - 96,7)

Risque élevé*
18 à <65

2155

2

3,947

2118

35

70,716

94,4
(76,9 - 98,7)

Risque non élevé*
18 à <65

8396

5

2,594

8403

121

63,054

95,9
(90,0 - 98,3)

Femmes

6768

7

4,364

6611

98

62,870

93,1
(85,2 - 96,8)

Hommes

7366

4

2,352

7462

87

50,730

95,4
(87,4 - 98,3)

* Sujets à risque accru de maladie à COVID-19 sévère en raison d’au moins une affection médicale préexistante (maladie pulmonaire chronique, maladie cardiaque grave, sévère obésité, diabète, maladie hépatique ou infection à VIH), âge indifférent.
** EV et IC à 95% d’après le modèle à risques stratifiés de Cox
L’efficacité vaccinale de Spikevax pour prévenir la COVID-19, indépendamment d’une infection antérieure par le SARS-CoV-2 (déterminée par la sérologie à la référence et l’analyse de l’échantillon d’écouvillon rhinopharyngé) à partir de 14 jours après la dose 2, était de 93,6% (intervalle de confiance à 95%: 88,5 - 96,4%).
Efficacité clinique chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans
L’étude chez l’adolescent est une étude clinique de phase 2/3 en cours, randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle(étude 2, NCT04649151) visant à évaluer la sécurité, la réactogénicité et l’efficacité de Spikevax chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans. Les participants ayant des antécédents connus d’infection par le SARS-CoV-2 ont été exclus de l’étude. Un total de 3 732 participants a été randomisé selon le rapport 2:1 pour recevoir 2 doses de Spikevax ou de sérum physiologique en tant que placebo à 1 mois d’intervalle.
Une analyse de l’efficacité a été réalisée chez 3 181 participants qui ont reçu soit le Spikevax (n = 2 139), soit le placebo (n = 1 042) et qui étaient négatifs au SARS-CoV-2 à la référence (désignés comme e Per-Protocol for Efficacy Set). L’ensemble per Protocol pour l’efficacité comprenait 48,5% de femmes, 11% d’hispaniques ou de latino-américains, 84,1% de blancs, 2,7% d’afro-américains, 6,3% d’asiatiques et 0,9% d’autres. Aucune différence notable, en ce qui concerne les données démographiques ou les affections médicales préexistantes, ne distinguait les participants qui ont reçu Spikevax de ceux qui ont reçu le placebo.
Les participants ont été suivis pendant une durée médiane de 53 jours, afin d’observer l’efficacité et la sécurité d’emploi après la deuxième dose.
Le Tableau 4 présente les informations sur l’efficacité chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans.
Tableau 4: Analyse de l’efficacité vaccinale : COVID-19# chez les participants âgés de 12 à 17 ans ≥ 14 jours après la 2e dose – Per-Protocol for Efficacy Set

Spikevax

Placebo

% d’efficacité vaccinale (IC à 95 %)*

Cas de COVID-19
n

Taux d’incidence de la COVID-19 pour 1 000 personnes- années

Cas de COVID-19
n

Taux d’incidence
de la COVID-19 pour 1 000 personnes- années

Définition 1† d’un cas de COVID-19

0

0

4

16,525

100,0
(28,9, NE)

Définition 2‡ d’un cas de COVID-19

1

1,939

7

28,981

93,3
(47,9, 99,9)

NE = non estimable
* L’efficacité vaccinale définit comme le rapport du taux d’incidence (entre Spikevax et le placebo). Le calcul de l’IC à 95% de ce rapport repose sur la méthode exacte conditionnée par le nombre total de cas, avec un ajustement pour exprimer le résultat en personnes-années.
† Définition 1 d’un cas de COVID-19: le participant doit avoir présenté au moins deux des symptômes systémiques suivants: fièvre (≥ 38°C / ≥ 100,4°F), frissons, myalgie, céphalées, maux de gorge ou trouble(s) du goût et de l’odorat d’apparition nouvelle; ou le participant doit avoir présenté au moins un des signes/symptômes respiratoires suivants: toux, essoufflement ou difficultés respiratoires, ou signe clinique ou radiologique de pneumonie; et le participant doit, sur au moins un écouvillon rhinopharyngé, un écouvillon nasal ou un échantillon de salive (ou un échantillon respiratoire en cas d’hospitalisation), présenter un résultat positif au dépistage du SARS-CoV-2 par RT-PCR.
‡ Définition 2 d’un cas de COVID-19: présence d’au moins un des symptômes d’une liste de symptômes de la COVID-19 et obtention, sur un écouvillon rhinopharyngé ou un échantillon de salive, d’un résultat positif au dépistage du SARS-CoV-2 par RT-PCR. Les symptômes de la liste étaient les suivants : fièvre (température ≥ 38°C / ≥ 100,4°F), frissons, toux, essoufflement ou difficultés respiratoires, fatigue, douleurs musculaires ou généralisées, céphalées, perte du goût ou de l’odorat d’apparition nouvelle, maux de gorge, congestion ou écoulement nasal, nausées, ou vomissements ou diarrhée.
Infections asymptomatiques
Cette étude chez l’adolescent n’était pas conçue pour procéder à une évaluation systématique et exhaustive de l’efficacité vaccinale au regard de l’infection asymptomatique, mais le prélèvement d’échantillons périodiques de muqueuses et l’analyse régulière de la sérologie ont permis une évaluation de l’efficacité vaccinale vis-à-vis de ce paramètre. En cas d’infection asymptomatique survenant au moins 14 jours après la dose 2, l’efficacité vaccinale était de 39,2% (IC à 95%: -0,247, 0,697) et, en cas d’infection asymptomatique débutant 14 jours après la dose 1, l’efficacité vaccinale était de 59,5% (IC à 95%: 0,284, 0,773). D’après un dépistage de confirmation, au regard de toutes les infections par le SARS-CoV-2 (avec ou sans symptômes), l’efficacité vaccinale était de 55,7% (IC à 95%: 0,168, 0,7464), en cas d’infection débutant 14 jours après la dose 2, et de 69,8% (0,499, 0,821), en cas d’infection débutant 14 jours après la dose 1.
Immunogénicité chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans
Dans l’étude 2, une analyse de non-infériorité, visant à évaluer les titres d’anticorps neutralisants à 50% du SARS-CoV-2 et les taux de séroréponse 28 jours après la dose 2, a été réalisée au cours de l’étude chez l’adolescent, auprès des sous-groupes d’immunogénicité per Protocol, à savoir des adolescents âgés de 12 à 17 ans , et au cours de l’étude 1 chez l’adulte, auprès de participants âgés de 18 à 25 ans. À la référence, les sujets ne présentaient aucun signe immunologique ou virologique d’infection antérieure par le SARS-CoV-2. En comparaison, les réponses immunitaires et les taux de séro-réponse chez les adolescents âgés de 12 à 18 ans ont été démontré comme non inférieur à ceux des adultes âgés de 18 à 25 ans.
Efficacité chez les enfants de 6 à 11 ans
L’étude pédiatrique est une étude clinique de phase 2/3 randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle, en cours, visant à évaluer la sécurité, la réactogénicité et l’efficacité de Spikevax chez les enfants âgés de 6 à 11 ans aux États-Unis et au Canada (NCT04796896). Les participants ayant des antécédents connus d’infection par le SARS-CoV-2 ont été exclus de l’étude. Un total de 4 011 participants a été randomisé selon un rapport de 3:1 pour recevoir 2 doses de Spikevax ou de placebo à base de sérum physiologique à 1 mois d’intervalle. Les participants ont été suivis pendant une durée de 1 an, afin d’observer l’efficacité et la sécurité d’emploi après la deuxième dose.
Une analyse secondaire de l’efficacité évaluant les cas confirmés de COVID-19 accumulés jusqu’à la date de l’analyse des données du 10 novembre 2021 a été effectuée sur 3 497 participants ayant reçu deux doses (0,25 ml de la formulation 0,20 mg/ml = 50 µg par dose à un mois d'intervalle) de Spikevax (n = 2 644) ou de placebo (n = 853) et qui présentaient un statut négatif pour le SARS-CoV-2 à l’inclusion dans la population per protocole. Il n’existait aucune différence notable au niveau des données démographiques entre les participants ayant reçu Spikevax et ceux ayant reçu le placebo.
La COVID-19 a été définie par une COVID-19 symptomatique survenue 14 jours après la deuxième dose, nécessitant un résultat RT-PCR positif et au moins 2 symptômes systémiques ou 1 symptôme respiratoire.
Trois cas de COVID-19 (0,1 %) ont été observés dans le groupe Spikevax et quatre cas de COVID-19 (0,5 %) dans le groupe placebo.
Immunogénicité chez les enfants de 6 à 11 ans
Une analyse évaluant les titres neutralisant à 50 % le SARS-CoV-2 et les taux de séroréponses 28 jours après la dose 2 a été effectuée dans un sous-groupe incluant des enfants âgés de 6 à 11 ans (n = 319) inclus dans l’étude pédiatrique et chez des participants de 18 à 25 ans (n = 295) inclus dans l’étude chez les adultes. Les sujets ne présentaient aucun signe immunologique ou virologique d’une infection antérieure par le SARS-CoV-2 à l’inclusion. Le RMG des titres d’anticorps neutralisants chez les enfants de 6 à 11 ans comparés à ceux des adultes de 18 à 25 ans était de 1,239 (IC à 95 % : 1,072 ; 1,432). La différence au niveau du taux de séroréponse était de 0,1% (IC à 95 % : -1,9 ; 2,1). Les critères de non-infériorité (limité inférieure de l’IC à 95 % pour le RMG > 0,67 et limite inférieure de l’IC à 95 % pour la différence de taux de séroréponse > -10 %) ont été satisfaits.
Immunogénicité chez les personnes immunodéprimées
Une autre étude contrôlée randomisée a été menée auprès de 120 personnes qui avaient subi une transplantation de divers organes solides (cœur, rein, rein-pancréas, foie, poumon, pancréas) (intervalle de 1,99-6,75 ans, médiane de 3,57 ans). Une troisième dose de Spikevax a été administrée à 60 sujets environ 2 mois après la deuxième dose; à titre de comparaison, 60 sujets ont reçu une solution saline placebo. Une augmentation significative des taux d'anticorps anti-SRAS-CoV-2 est survenue quatre semaines après la troisième dose chez 55,0% des sujets du groupe Spikevax et chez 17,5% des sujets du groupe placebo (10 sur 57).
Immunogénicité chez les personnes après la vaccination de rappel (Booster)
Une étude de de dose de phase 2 en cours, randomisée, en aveugle pour l’observateur et contrôlée par placebo a évalué la sécurité, la réactogénicité et l’immunogénicité de Spikevax chez des participants âgés de 18 à 55 ans (NCT04405076). Dans cette étude, 198 participants ont reçu deux doses (0,5 ml à 1 mois d’intervalle) de Spikevax dans le cycle de vaccination primaire. Dans une phase ouverte, 149 de ces participants (conformément au protocole établi) ont reçu une seule dose de rappel (0,25 ml) au moins 6 mois après la deuxième dose du cycle de vaccination primaire.Une seule dose de rappel (0,25 ml) s’est révélée immunogène au jour 29 suivant l’administration de la dose de rappel et non inférieure à l’immunogénicité au jour 57 du cycle primaire (deux doses de 0,5 ml à 1 mois d’intervalle) dans un sous-groupe de participants âgés de 18 ans et plus dans l’étude menée chez des adultes.
Les seules données d’immunogénicité disponibles sont à court terme; on ne dispose à ce jour d’aucune connaissance sur la protection à long terme et sur la mémoire immunitaire.
Autorisation à durée limitée
En raison de données cliniques incomplètes au moment de l’examen de la demande d’autorisation de mise sur le marché, le médicament « Sipkevax » est autorisé pour une durée limitée (art. 9a LPTh). L’autorisation à durée limitée est impérativement liée à la satisfaction de charges en temps opportun. Une fois ces charges satisfaites, l’autorisation à durée limitée pourra être transformée en autorisation ordinaire.

Pharmacocinétique

Absorption
Sans objet.
Distribution
Sans objet.
Métabolisme
Sans objet.
Élimination
Sans objet.
Il n’est pas nécessaire d’évaluer les propriétés pharmacocinétiques pour les vaccins.

Données précliniques

La cancérogénicité deSpikevax et son effet sur la fertilité masculine n’ont pas été évalués chez l’animal. Étant donné que le Spikevax s’administre à court terme, il n’est pas nécessaire d’effectuer des études à long terme chez l’animal afin d’en évaluer le potentiel cancérogène.
Toxicologie animale
L’administration intramusculaire de Spikevax (ou d’autres vaccins à ARNm expérimentaux de Moderna) au rat, à la même formulation, jusqu’à 4 doses de 9 à 150 μg toutes les 2 semaines, a entraîné des érythèmes et œdèmes transitoires au point d’injection, des augmentations de la température corporelle et une réponse inflammatoire systémique généralisée. Des modifications transitoires et réversibles des tests de laboratoire (dont des augmentations des éosinophiles, du temps de céphaline activée et du fibrinogène) ont été observées. Une vacuolisation transitoire des hépatocytes et/ou une hypertrophie des cellules de Kupffer ont été observées, souvent sans élévation des enzymes hépatiques, et sont considérées comme une conséquence de la réponse inflammatoire systémique. En général, tous ces changements se sont résolus dans les 2 semaines.
Mutagenèse
Le SM-102, un composant lipidique propriétaire de Spikevax, n’est pas génotoxique selon le test de mutagénicité bactérienne et l’essai d’aberration chromosomique des lymphocytes du sang périphérique humain. Deux tests de micronoyau in vivo intraveineux ont été effectués avec des thérapies à ARNm en utilisant la même formulation à nanoparticules lipidiques (NPL) que le Spikevax. Les résultats équivoques observés à des concentrations systémiques élevées sont probablement dus à la formation de micronoyaux suite à une température corporelle élevée causée par la réponse inflammatoire systémique provoquée par les NPL. Le risque génotoxique pour les humains est considéré comme faible en raison de l’exposition systémique minimale suivant l’administration intramusculaire, la durée limitée de l’exposition et les résultats in vitro négatifs.
Toxicité sur la reproduction
Dans une étude de toxicité développementale, 0,2 ml d’une formulation vaccinale contenant la même quantité d’ARNm (100 microgrammes) et d’autres ingrédients inclus dans une dose unique de Spikevax chez l’homme a été administré à des rates, par voie intramusculaire, à quatre reprises: 28 et 14 jours avant l’accouplement, et aux jours 1 et 13 de gestation. Des réponses des anticorps anti-SARS-CoV-2 ont été observées chez les mères avant l’accouplement jusqu’à la fin de l’étude au jour 21 de l’allaitement, ainsi que chez les fœtus et la progéniture. Il n’y a eu aucun effet indésirable sur la fertilité des rates, la gestation, le développement embryo-fœtal ou postnatal de la progéniture. Aucune donnée n’est disponible sur le transfert placentaire ou l’excrétion dans le lait du vaccin mRNA1273.
Données pharmacologiques et d’efficacité chez l’animal
Des évaluations de pharmacologie non cliniques en modèle animal ont été effectuées sur des souris de type sauvage juvéniles et adultes (souches Balb/c, C57/BL6 et C4B6), des hamsters dorés et des primates non humains (macaques rhésus, PNH) afin de tester l’immunogénicité de Spikevax et la protection contre la provocation virale du SARS-CoV-2. Ces études précliniques ont démontré que le Spikevax était toléré et immunogène, qu’il protégeait les animaux vaccinés contre la réplication virale dans le nez et les voies respiratoires inférieures après provocation virale, à des doses aussi faibles que 1 μg chez les souris et les hamsters et 30 μg chez les PNH, et qu’il n’a pas induit de maladie respiratoire aggravée (MRA) à des posologies protectrices ou sous-protectrices chez ces modèles animaux. En outre, des réponses des lymphocytes T CD4 Th1 ont été mesurées chez toutes les espèces animales et une réponse CD8 solide a été mesurée chez la souris.

Remarques particulières

Incompatibilités
Ce médicament ne doit être ni mélangé avec d’autres médicaments, ni dilué.
Stabilité
Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention « EXP » sur l’emballage.
Flacons à bouchon perforable non ouvert
Le vaccin Spikevax peut être conservé au réfrigérateur, entre 2°C et 8°C, pendant un maximum de 30 jours, à condition de ne pas avoir été ouvert (perforé par une aiguille).
Une fois sortis du réfrigérateur, les flacons à bouchon perforable fermés peuvent être conservés entre 8°C et 25°C pendant 24 heures au maximum.
La stabilité chimique et physique est également démontrée pour les flacons de vaccin non ouverts, conservés pendant 12 mois entre -50°C et -15°C, à condition que le flacon non ouvert soit utilisé dans un délai maximum de 14 jours après décongélation et stockage entre 2°C et 8°C et à l'abri de la lumière (alternative à 30 jours de conservation entre 2°C et 8°C, après stockage entre -50°C et -15°C pendant 9 mois maximum).
Stabilité après ouverture
Le flacon de Spikevax peut être conservé au maximum pendant 6 heures au maximum entre 2°C et 25°C après la ponction initiale.
Remarques particulières concernant le stockage
À conserver au congélateur (entre –50°C et –15°C).
Ne pas conserver à moins de –50°C.
Ne pas recongeler.
Conserver le récipient dans son emballage extérieur afin de protéger le contenu de la lumière.
Tenir hors de portée des enfants.
Transport des flacons décongelés à l'état liquide entre 2°C et 8°C
Si le transport entre –50°C et –15°C n'est pas possible, les données disponibles permettent de transporter un ou plusieurs flacons de vaccin à l'état liquide pendant une durée maximale de 12 heures entre 2 °C et 8 °C. Les conteneurs d'expédition doivent être qualifiés pour une température de 2 °C à 8 °C. L'expédition doit se faire dans des conditions normales de transport routier et aérien, avec un minimum de chocs et de vibrations. Après décongélation et transport à l'état liquide entre 2 °C et 8 °C, les flacons de Spikevax ne doivent pas être recongelés et doivent être conservés entre 2 °C et 8 °C jusqu'à leur utilisation.
Remarques concernant la manipulation
Les flacons de Spikevax sont multidoses.
Flacon multidose 0,20 mg/ml:
Chaque flacon multidose permet de prélever dix (10) doses de 0,5 ml. Un supplément est inclus dans chaque flacon pour s’assurer que 10 doses de 0,5 ml peuvent être administrés.
Décongeler chaque flacon avant utilisation:
•Décongeler pendant au moins 2 heures et 30 minutes en conditions réfrigérées, entre 2°C et 8°C. Laisser chaque flacon reposer à température ambiante pendant au moins 15 minutes avant l’administration.
•Alternativement, décongeler pendant au moins 1 heure à température ambiante, entre 15°C et 25°C.
•Ne pas recongeler les flacons décongelés.
Agiter doucement le flacon après la décongélation et entre chaque prélèvement. Ne pas secouer.
Le Spikevax est une suspension blanche à blanc cassé. le vaccin peut contenir des particules blanches ou translucides liées au produit. Inspecter visuellement les flacons de Spikevax pour déceler les particules étrangères et/ou les décolorations avant l’administration. Si le vaccin comporte des décolorations ou particules, il ne doit pas être administré.
Prélever chaque dose de vaccin dans le flacon à l’aide d’une aiguille et d’une seringue stérile neuves pour chaque injection, afin de prévenir la transmission d’agents infectieux d’une personne à une autre. La ponction doit être si possible effectuée à chaque fois à un endroit différent du bouchon et pas plus de 10 fois au total. Il convient d'utiliser des aiguilles de calibre 21G ou plus fines. La dose dans la seringue doit être administrée de suite.
Ce produit ne contient pas de conservateurs. Une fois le flacon ouvert (perforé par l’aiguille) pour retirer la dose initiale, la stabilité chimique et physique d’utilisation est donnée pour une période de 19 heures à température comprise entre 2 °C et 25 °C (pendant la durée d’utilisation autorisée de 30 jours de 2 °C à 8 °C et de 24 heures à température comprise entre 8 °C et 25 °C). Pour des raisons microbiologiques, le produit doit être utilisé immédiatement, sauf si l’ouverture du flacon et le prélèvement se font dans des conditions d’asepsie strictes.
Les durées et conditions de conservation pour l’utilisation relèvent de la responsabilité de l’utilisateur. Ne pas recongeler.
Les flacons décongelés et les seringues remplies peuvent être manipulés à la lumière du jour.
Précautions particulières pour l’élimination et autres consignes de manipulation
Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.
Le vaccin doit être préparé et administré par du personnel médical formé. Il convient de travailler dans des conditions d’asepsie afin de garantir la stérilité de la dispersion.

Numéro d’autorisation

68267 (Swissmedic)

Présentation

Flacons multidoses (0,20 mg/ml)
Présentation : emballage de 10 flacons multidoses. Chaque flacon contient 10 doses de 0,5 ml.
Le Spikevax 0,20 mg/ml est fourni dans un flacon en verre de type I (ou équivalent) de 10 ml pourvu d’un bouchon en élastomère chlorobutyle revêtu de Fluro Tec de 20 mm et d’un capuchon en plastique rouge détachable muni d’un opercule en aluminium).

Titulaire de l’autorisation

Moderna Switzerland GmbH, Bâle

Mise à jour de l’information

Septembre 2022